CLAAP / Centre de loisirs et d'animation

Le CLAAP participe à de nombreux projets en collaboration avec d’autres structures d’animation socioculturelle ou associations du canton (Dimension 13’17, Capa’Cité des Métiers, La Bastringue: fête de l’Ancienne Poste, etc.)

La Bastringue

banière_site8

En 2018

Juin annonce l’été, les vacances… et la Bastringue ! Pendant une journée et soirée, c’est la fête dans tout le bâtiment de l’Ancienne Poste ! Portes ouvertes, Animations, découvertes organisées par tous les locataires, concerts, restauration. En 2018, encore une fois le CLAAP a bien entendu participé à cet évènement avec différentes animations.

banière_site7

Sous un soleil rayonnant des jeunes ont tenu un bar à cocktails du jardin, d’autres ont épaulé l’artiste Aurélien Donzé dans une grande déambulation festive dans tout le bâtiment, d’autres ont simplement profité des jeux plein air mis à leur disposition, ou enfin petits et grands ont pu réaliser une fresque collective avec l’artiste Joanne Faivre.

banière_site4

En 2019

En 2019, le CLAAP prend de nouveau part à cette superbe fête. Avec la volonté de laisser un espace à la jeunesse autant dans la participation que dans l’organisation. C’est pourquoi cette année, l’équipe d’animation s’est orientée vers une présentation du centre avec des portes ouvertes, des jeux et animations en pleins airs, la création d’une fresque participative, des visites théâtrales de l’Ancienne Poste qui implique des jeunes comme guide, une silence party pour enfant et un Open Mic du Studio CLAAP.

6

Les animatrices – toujours dans cette optique de participation de la jeunesse – ont proposé aux Parlements des jeunes Neuchâtelois d’organiser la fin de soirée. Cela s’est concrétisé par la mise en place d’un coin chill et présentation des Parlements des Jeunes et une Silence Party qui clôture les festivités. Le patrimoine du Locle n’a pas été oublié et est revisité dans le projet « Regardez-vouare ! ».

banière_site3

Fête du CLAAP

banière_site1

Début novembre près de 80 jeunes ont franchi la porte du CLAAP à l’occasion de sa fête annuelle. Pour l’événement la structure s’est transformée en véritable fête d’Halloween à la mexicaine offrant aux jeunes de nombreuses occasions de se faire peur en s’initiant aux légendes de la célèbre « Día de muertos». Cette année encore les caves se sont transformées en authentique train fantôme où les petites comme les grandes étaient invitées à explorer, avec une animatrice, les sous-sols décorés pour l’occasion.

Des maquilleuses étaient à disposition pour des grimages hauts en couleur et un buffet composé de spécialités latino-américaines proposaient aux jeunes de se remplir l’estomac avant de se déhanché sur la piste de danse de la classique disco d’Halloween, organisée en partenariat avec Midnight Le Locle.

banière_site2

Semaine d’actions Cantonal contre le racisme

Cette année encore le CLAAP, soucieux de permettre le vivre-ensemble, a participé à la semaine d’actions cantonale contre le racisme. Cette semaine – coordonnée par le Forum Tous Différents, Tous Egaux et le Service cantonal de la cohésion multiculturelle – est une occasion pour l’équipe d’animation d’ouvrir le dialogue avec les jeunes sur les problématiques du racisme, sur les vécus des personnes concernées et sur leur représentation et stéréotypes. L’édition 2019 de l’évènement a eu pour thème « À qui profite le racisme ? ».

banière_site4

L’équipe du CLAAP a proposé un programme riche. Les accueils ados ont été teinté par des panneaux explicatifs du mécanisme qui mène aux discriminations et de ces différentes étapes (catégorisation, stéréotype, préjugée). Un mur couvert d’images de stéréotype complétait ce dispositif pour permettre aux jeunes de questionner, avec le soutien des animatrices socioculturelles, leurs représentations et comprendre les différents concepts. Cela a permis de nombreux questionnements et des discussions riches sur les discriminations.

Quatre activités ont été proposées uniquement aux jeunes sur le principe de la libre adhésion: permettre à un groupe régulier du Studio de se rendre à la scène ouverte et l’atelier d’écriture proposé à la Case à Choc par les coordinatrices de la semaine – un atelier d’illustration et de techniques mixtes dont le concept était d’exprimer son identité au travers d’éléments précis et conscientisés dans le dessin – un atelier « À qui profite le crime », une réadaptation du célèbre jeu de rôles-cartes « Loup-garou », avec l’intégration dans les règles de cartes « traits de caractère » et d’abominables sectaires. Des nouvelles données au jeu qui ont permis d’interroger les jeunes sur le thème de la semaine – un atelier de jonglage, modelage en argile et de découverte d’un lombricomposte animé par les artistes de la compagnie La Roulotte des Mots qui abordait les questions du racisme par l’angle décalé des vers de terre.

banière_site9

Deux évènements tout publics étaient au programme. Le spectacle familial le Lombric Circus ; le racisme vu d’en-bas, par La Roulotte des Mots a permis de concevoir le racisme avec l’angle de la biologie. Ce fut aussi l’occasion de réaliser une belle collaboration avec des jeunes de la musique scolaire qui ont participé au début en fanfare et à l’extérieur de la représentation. Une quarantaine de personnes étaient présentes. L’autre évènement consistait en une projection du film Bounty : un documentaire sur le parcours de vie et le partage de cultures de personnes noires vivant en Suisse, au Ciné Casino du Locle. La soirée se terminait avec une table ronde avec différentes personnalités actives ou proche des communautés africaines du Canton. Cela a été l’occasion de souligner le racisme que vit cette population et d’appréhender les défis que représente la multiculturalité.

Pour compléter son action, Le CLAAP a travaillé avec le cercle scolaire de la ville du Locle afin de permettre aux jeunes de 11e de bénéficier d’interventions dans les classes du basketteur Herb Johnson, américain d’origine africaine qui a grandi au Texas et de la conférence du footballeur Max Veloso, joueur professionnel et étudiant en psychologie et communication à l’université de Neuchâtel. Ces interventions, qui prenaient place dans une certaine proximité, ont permis aux élèves de se sentir concernées par la problématique.

 banière_site1